Economique & Finances

PRÉSIDENT : Bruno DERUE (UNSA)

Membres :
Benoit FAUQUEMBERGUE (UNSA)
Jean-Pierre ODDOU (UNSA)
Christine VASSEUR (UNSA)
Claude BEJAT (UNSA)
Pascal MODESTE (UNSA)
Hervé DEVOCELLE (CGT)
Bernard ROUVIERE (CGT)
Pascal ATHOR (CGT)
Lahcen BOULGA (CGT)
Philippe MARSAULT (CFDT)
Jean-Marc WARMEL (CFDT)

Le comité d'établissement a un rôle économique fondamental.

Pourtant notre conscience collective le place généralement très loin derrière les activités sociales et culturelles. Il est vrai que ces dernières trouvent leur place dans notre vie quotidienne par le biais, par exemple, de la restauration, des spectacles, des réductions et chèques de tous poils.

Le rôle économique d'un CE répond à la constitution française qui précise que les salariés participent "par l'intermédiaire de leurs délégués (...) à la gestion des entreprises". Ce droit qui existe depuis 1946, reste bien d'actualité et pourrait même être modernisé en transformant la participation en un droit de véto.

Le CE met donc en place une commission économique. Elle est composée de 9 membres permanents et peut s'adjoindre l'expertise de membres temporaires en fonction du sujet abordé.

Les réunions seront un espace d'échange avec les représentants de la direction qui présentent les projets à venir et répondent aux interrogations des membres.

Ce fut le cas récemment pour la création de la "DRH des Fonctions Supports" ou de la "Direction Financière Groupe".

Le corolaire est une véritable appropriation du sujet par les membres de la commission.

Bien-sûr, les représentants de la direction nous présentent ce qu'ils veulent bien nous présenter. Ils peuvent également démentir avec véhémence les hypothèses émises par les membres qui ne sont pas dupes mais pas toujours lucides.
Mais qui osera le leur reprocher ?

 Les représentants de la direction pourront également prendre en compte les propositions émises à l'occasion des réunions, voire laisser à la commission la possibilité d'exprimer un choix sur un élément du projet. Bien entendu cela reste, malgré tout, à la marge.

Cette commission économique est le lien d'unité syndicale par excellence.

Ces membres auront à porter à leurs organisations syndicales les informations ainsi récoltés et mettre ainsi les élus du CE en situation pour se prononcer favorablement ou non lors du vote en séance.
C'est là que l'on touche les limites d'une instance représentative comme le CE parce que quelque soit le résultat du vote, la direction mettra en oeuvre le projet.
Mais la commission économique du CE ne peut pas présager de l'action syndicale, ni de la mobilisation des agents et là, les limites vont prendre un autre sens.

 

 

Informations supplémentaires